Aller au contenu principal

Circular solutions

Le monde est en pleine transition. L'avenir se veut durable et circulaire, tout comme les matériaux et produits utilisés. L'environnement, des réglementations plus strictes, la raréfaction et l'augmentation du coût des matériaux conduisent notre économie à devenir plus circulaire, en adoptant des stratégies à long terme. Bien entendu, la façon dont nous utilisons et réutilisons les matériaux jouera un rôle crucial dans cette transition circulaire.
Cette transition exige des connaissances technologiques (nouvelles) sur les matériaux, leurs performances, leur traitement et leur impact sur le cycle de vie. Elle requiert également d'autres compétences, telles qu’une réflexion sur le cycle de vie, l'écoconception, de nouvelles collaborations dans la chaîne de valeur, la reconsidération des modèles d'entreprise, etc. Chez Sirris, ces différentes compétences sont réunies et exploitées dans le cadre de divers projets et initiatives visant à soutenir les entreprises dans leurs innovations circulaires.

Les entreprises mettent l'économie circulaire en pratique, étape par étape

Dans bon nombre d’entreprises, l'innovation dans l'économie circulaire soulève encore de nombreuses questions : quelles sont les démarches à entreprendre en la matière, aujourd'hui et à l'avenir ? Comment définir une stratégie et un plan d'action circulaires, adaptés au contexte de l'entreprise et à sa/ses chaîne(s) de valeur ? Quelles sont les opportunités pour une entreprise dans l'économie circulaire ? Comment agir et mettre en œuvre des concepts tels que la réutilisation, le remanufacturing, le recyclage ou de nouveaux modèles d’entreprise ?

Aider les entreprises à innover est la mission principale de Sirris. C'est pourquoi nous avons mis en place une nouvelle équipe autour du thème de l'« économie circulaire ». Elle rassemble toutes les compétences clés nécessaires pour soutenir l'innovation circulaire dans un contexte industriel. Outre l'expertise en matériaux offerte par cette équipe, nous établissons des liens avec d'autres technologies, outils, expertises ou infrastructures génériques, au sein de Sirris ou de son réseau. Grâce à divers projets et initiatives, nous soutenons les entreprises dans le domaine circulaire, de la stratégie au plan d'action ou à la mise en œuvre circulaire.

Accélération de la maîtrise et de la mise en œuvre des biocomposites

Alors que le secteur des composites connaît une croissance significative en Europe, les utilisateurs finaux sont de plus en plus demandeurs de matériaux d'origine naturelle (biosourcés). Toutefois, la mise en œuvre de ces matériaux dans les applications finales reste pour l'instant limitée. Les biocomposites présentent l'avantage d'être très légers et sont même structurellement compétitifs par rapport aux composites à base de fibres de verre, mais la grande variation des propriétés des fibres permet plus difficilement de parvenir à une conception robuste et leur sensibilité intrinsèque à l'humidité peut entraîner une dégradation prématurée. De plus, la multitude de biomatériaux différents exige une connaissance approfondie des matériaux lors de la conception des produits. Par conséquent, une diffusion claire des connaissances sur ces thèmes est nécessaire pour exploiter pleinement les atouts des biocomposites dans l'industrie. Le projet COOCK BREPLA - Biobased fibre REinforced PLAstics, un partenariat entre Centexbel-VKC et Sirris, a débuté en 2020 et vise à accélérer la transition vers la production et l'application de composites biosourcés dans l'industrie du meuble, le secteur des transports et les biens de consommation. Ce, en élargissant encore nos connaissances sur les biocomposites et en stimulant et activant la mise en œuvre industrielle. Au travers d’actions collectives et d’une sensibilisation étendue et facilement accessible, nous impliquons l'ensemble de la filière dans la transition vers les biocomposites.

Revêtements à base de bio-composants : une opportunité pour entreprendre durablement

La pression sur les produits d'origine fossile augmente. Si les alternatives biologiques gagnent en importance, il reste du pain sur la planche. Il en va de même dans le secteur des revêtements. Les utilisateurs finaux conçoivent des produits à base de bio-composants et privilégient une finition à l’aide de revêtements issus du même segment. Début 2020, nous avons lancé le projet « Revêtements à base de bio-composants : une opportunité pour une entreprise et un monde durables ». 

Le projet, soutenu par Sirris et Centexbel-VKC, entend formuler une réponse à la demande croissante de produits d'origine plus durable. Pendant les 36 mois que durera ce projet, nous informerons les entreprises sur les possibilités d'utilisation d’éléments à base de bio-composants et les applications de ces matières premières dans les revêtements. Nous entendons ainsi démontrer les performances des alternatives à base de bio-composants par rapport aux peintures traditionnelles d'origine fossile et offrir une solution pour d’éventuels changements dans la mise en œuvre.

Ce projet collectif est une collaboration entre nos centres de connaissances et nos entreprises, permettant l'échange de connaissances entre les utilisateurs finaux, les fournisseurs de matières premières et les développeurs. Sur la base des résultats (démonstrateurs, formulations cibles), les entreprises concernées peuvent entamer leur propre trajet de mise en œuvre.

Un livre blanc vous initie au monde des revêtements à base de bio-composants

Dans le cadre du projet récemment lancé sur les revêtements à base de bio-composants, un livre blanc introduisant cette nouvelle technologie a été publié : « Bio-based coatings, an opportunity for a durable world ».  L'ouvrage explique ce que signifie les termes « à base de bio-composants », l'importance de cette nouvelle technologie et ce qu'elle peut apporter aux entreprises.

Des tests pour prolonger la durée de vie des produits et matériaux

Dans l'économie circulaire, les produits et matériaux sont traités de manière plus judicieuse. Outre la réutilisation ou le recyclage, la prolongation de la durée de vie est le meilleur moyen de maintenir la valeur des matériaux. Sirris souhaite soutenir les entreprises dans cette démarche en leur proposant différents essais de durabilité dans ses laboratoires de test. Afin de pouvoir leur offrir des capacités et des possibilités supplémentaires, nous avons récemment investi dans de nouveaux équipements de test : une chambre d’essai au brouillard salin (dans le cadre du Laboratoire pratique Corrosion & Isolation), une chambre QUV supplémentaire, un test de condensation et une installation pour des essais de givrage à grande échelle dans le cadre du projet européen NewSkin.

Un écosystème d’innovation pour accélérer l'adoption industrielle des nanotechnologies de surface

Le nouveau projet européen NewSkin, auquel Sirris participe également avec le Smart Coating Lab et l'OWI-Lab, explore le potentiel des surfaces nanostructurées pour les produits industriels et grand public, en raison de leur énorme potentiel pour apporter des solutions matérielles répondant aux objectifs de développement durable. Le projet entend accélérer l'adoption industrielle des nanotechnologies de surface en Europe. Les installations de production innovantes pour l’industrialisation et les essais fourniront à l'écosystème d'innovation les outils nécessaires pour créer le TRL7 et de nouvelles technologies.

Installation pour la recherche sur le givrage

Sirris a déployé une installation d'essai pour la formation de glace dans sa grande chambre climatique et transposera immédiatement les connaissances acquises durant le projet à l'industrie flamande dans le cadre du projet COOCK « Fighting Icing », qui examinera des solutions concrètes aux problèmes liés au givrage et leur mise en œuvre.

Vous trouverez de plus amples informations concernant ces projets sous le thème « Harsh Environments » .

Vers une valorisation optimisée des déchets à base de métaux ferreux

Les métaux ferreux sont considérés à juste titre comme faisant partie des meilleurs matériaux recyclés et recyclables. Il est toutefois possible d’en faire plus : actuellement, ils sont massivement collectés et réintroduits dans le cycle des matériaux, mais on s’intéresse trop peu à un recyclage et une réutilisation sélectifs. Une plus grande attention peut y être accordée ; c'était l'objet du projet CLEANSCRAP, qui s'est clôturé en 2020.
 
S’appuyant sur une enquête menée auprès de divers acteurs de la chaîne de valeur des métaux ferreux, le projet a dressé l’inventaire des filières de déchets valorisables. Par ailleurs, l'enquête réalisée auprès des utilisateurs flamands d’alliages ferreux a permis de prendre conscience du potentiel de ces filières de matériaux. Elle a en effet montré que pratiquement personne n'était au courant des spécifications UE relatives aux déchets métalliques. Les entreprises de traitement trient la ferraille et procèdent souvent à une sorte d'analyse, mais pas nécessairement en fonction des spécifications globales. Une perte de valorisation est donc possible. Tant lors du tri que du prétraitement, les « générateurs de ferraille » et les « utilisateurs de ferraille » n’exploitent pas les nombreuses mesures envisageables. 

Dans la phase suivante du projet Cleanscrap, certaines études de cas ont été examinées et quelques technologies de prétraitement disponibles chez CRM Group ont été exploitées pour améliorer ce principe de « value-in-use ».