Guido Heunen

Le projet ISO/ASTM DIS 52925 « Fabrication additive - Principes de qualification - Classification des propriétés des pièces » est passé du statut DIS (« Projet de norme internationale » (Draft International Standard) - projet d’enquête, soumis à la contribution du public) à FDIS (« Projet final de norme internationale » (Final Draft International Standard) - projet pour approbation finale). Ce projet fournit des conseils et des recommandations pour la qualification des matériaux en polyamide 12 (PA12) et, dans une certaine mesure, en polyamide 11 (PA11), destinés à la fusion sur lit de poudre (SLS).

Guido Heunen

Le projet de ISO/ASTM CD 52924 « Fabrication additive - Principes de qualification - Classification des propriétés des pièces pour la fabrication additive de pièces en polymère » est passé du statut CD (« Projet de comité » (Committee Draft) - projet d’enquête, soumis à la contribution des membres) à DIS (« Projet de norme internationale » (Draft International Standard) - projet d’enquête, soumis à la contribution du public). L’objectif de ce projet est l’amélioration de la communication entre les clients et les services de fabrication sur la qualité des pièces en polymère. 

Mahdi Tabassian

Même si la technologie de l’additive manufacturing (AM) a considérablement évolué au cours des dernières décennies, le processus global comporte de nombreuses étapes complexes et exige toujours l'intervention manuelle d'un ingénieur à des moments cruciaux. Sirris a collaboré avec Materialise et Cr3do afin de constituer une base de connaissances en AM qui pourrait servir lors de toutes les étapes importantes de l'AM.

Denis Vandormael

L'internet des objets est en train de conquérir le monde, déjà bien établi dans certains domaines et amorçant une révolution dans d'autres, comme le secteur médical et celui des soins aux patients. Les applications à venir devront envisager de nouvelles techniques d'intégration. C'est le cas de '3D-Printed Interconnect Device', développé par Sirris, qui offre une grande flexibilité et une capacité de personnalisation, puisque l'approche est essentiellement basée sur les techniques d'impression 3D. Découvrez ici les quatre étapes de cette approche et ses avantages !

Olivier Rigo

Le projet AMable apporte un soutien à la « conception pour la fabrication additive » et au développement de la chaîne de FA. L'AMable Industrial Technology Talk (conférence sur la technologie industrielle AMable) du 8 avril est un événement en ligne axé sur la fabrication additive destinée aux véhicules aériens légers. 

Carl Emmerechts

S’agissant de la fabrication de composants électroniques, les technologies d’impression sont en passe de devenir une méthode innovante de production d’un large éventail d’appareils et organes dans les domaines suivants : éclairage, médecine, batteries, cellules solaires, capteurs, antennes RFID, … Contrairement aux méthodes classiques reposant sur la photolithographie et des techniques soustractives intrinsèquement gaspilleuses, sans oublier la gravure ainsi que l’usage de produits chimiques toxiques et de matériaux dangereux, ces nouvelles techniques sont totalement additives.

Olivier Rigo

Centré sur la recherche médicale dans le domaine des valves cardiaques artificielles, le projet Polyvalve qui vient de terminer en 2021 visait à développer et produire des prothèses valvulaires cardiaques sur mesure, de longue durée de vie et réalisées en polyuréthane biomédical en recourant à des technologies innovantes.

Thomas Kairet

La fabrication additive sur lit de poudre de cuivre pur a fait l’objet de recherches ces dernières années. L’absorption par le cuivre pur de la longueur d’onde du faisceau émis par le laser communément utilisé sur les machines de FA est médiocre. Cette particularité se traduit par une réflexion excessive de l’énergie vers le système optique et par une piètre qualité du matériau.

Guido Heunen

La Belgique est une des pionnières dans la fabrication additive (également appelée impression 3D) et jouit d’un écosystème déjà particulièrement développé, idéal pour l’expérimentation en la matière. Toutes les conditions sont donc réunies pour tirer le meilleur parti de ces technologies. Il ne manque plus que le coup de pouce pour savoir comment.

Julien Magnien

Actuellement, il est difficile de trouver une machine de fabrication additive produisant des pièces métalliques à un coût relativement faible. Pour de nombreuses petites entreprises, cette technologie est donc inaccessible. Le 14 décembre, les partenaires du projet FabricAr3v organiseront une journée conférence & réseautage sur les technologies d'impression 3D métaux low cost.