Peter ten Haaf

Ce n’est pas parce que nous avons été privés de visites ces dernières années que les développements technologiques sont restés au point mort. Il est donc grand temps de rouvrir nos portes et de présenter les derniers développements en matière de fabrication avancée.

Jan Kempeneers
Peter Paulissen

L’automatisation permet de soulager les opérateurs de l’exécution de tâches laborieuses et monotones telles que l’ébavurage. L’exécution de produits distincts en petites séries constitue à cet égard un défi majeur. Le projet COOCK intitulé COBOFIN se penche sur cette problématique et s’efforce d’identifier des solutions appropriées sur la base de cas d’école génériques relevés dans l’industrie.

Jan Kempeneers

L'entreprise de traitement des métaux Malmar opte pour l'automatisation flexible dans sa production fortement diversifiée et à faible volume. Son projet comprend non seulement l'introduction d'assistants de production robotisés mobiles reconfigurables pour assister les opérateurs, mais aussi d'autres interventions visant à assurer le bon fonctionnement de la cellule de production. Citons, notamment un nouveau système de séparation et d'alimentation des écrous vers une soudeuse à projection d'écrous.

Herman Derache
Jeroen Deleu

Les entreprises technologiques de notre pays traversent une période mouvementée marquée par des changements majeurs. Bon nombre des défis auxquels elles sont confrontées ne peuvent être relevés que par la combinaison de compétences issues des domaines économique, social et technologique. Afin de soutenir au maximum les entreprises technologiques dans ce contexte, nous avons créé la communauté industrielle Sirris-Agoria : une collaboration intensifiée dans laquelle les deux organisations conservent leur propre identité, mais coordonnent plus que jamais leurs actions et services respectifs pour créer une offre intégrée sans faille.

Olivier Gramaccia

Ces 28, 29 et 30 mars la Wallonie organisait le 3ème Workshop Interrégional du projet Interreg Europe 4.0Ready, qui vise à renforcer la capacité des PME à participer à l'industrie 4.0. Une visite de Sirris était également au programme.

Tatiana Galibus
Patrick Coomans

Une cybersécurité poussée est indispensable pour les entreprises manufacturières afin de garantir la continuité des opérations et d’instaurer un climat de confiance avec les clients et partenaires. Pour que vous puissiez vous familiariser avec le potentiel de la cybersécurité dans le contexte de votre production, Sirris participera sous peu à deux événements majeurs : Advanced Engineering (Antwerp Expo, les 11 et 12 mai) et Indumation (Xpo Kortrijk, du 18 au 20 mai).

Jan Kempeneers

Malmar et Sirris travaillent sur le « Reconfigurable Cobotic PRODuction Assistant : RECOPRODAS », qui permettra à Malmar d’automatiser des tâches répétitives et manuelles. De cette façon, les opérateurs peuvent se concentrer sur l’amélioration de la qualité, et leur environnement de travail sera davantage axé sur l’humain.

Walter Auwers
Jan Kempeneers

Lors de la cérémonie de remise des prix de l'usine du futur, le 17 février dernier, notre pays a décroché six nouveaux titres de Factory of the Future. En décernant ce titre, les initiateurs souhaitent couronner les entreprises manufacturières belges les plus tournées vers l’avenir. Nous avons le plaisir de vous présenter l'un des lauréats : Terumo, fabricant de matériel médical, basé à Haasrode, près de Louvain.

Jan Kempeneers

Une main robotisée innovante, pilotée par accouplement et anthropomorphe réunit tous les composants nécessaires pour le toucher et la préhension avec une dextérité d’exception. Elle dispose pour cela de 20 articulations, d’une force de 34 N au bout des doigts, de capteurs de contact, d’une taille compacte et d’un poids d’à peine 1 kg, sans besoin d’ajout d’autres pièces. Fixée sur un bras robotisé du commerce, la main exécute toutes sortes de tâches à l’aide d’outils ordinaires.

Jan Kempeneers
Samuel Milton

Sirris a étudié la possibilité d’éliminer les structures de support des pièces fabriquées par impression 3D de métal (MAM) à l'aide de robots collaboratifs ou cobots. Cette étude de faisabilité menée par Sirris fait partie d'un ensemble de travaux plus vaste, réalisés dans le cadre du projet ALMA, dans lequel différentes approches ont été étudiées pour éliminer les inévitables structures de support sur les pièces fabriquées par impression 3D de métal.