Jan Kempeneers
Peter Paulissen

L’automatisation permet de soulager les opérateurs de l’exécution de tâches laborieuses et monotones telles que l’ébavurage. L’exécution de produits distincts en petites séries constitue à cet égard un défi majeur. Le projet COOCK intitulé COBOFIN se penche sur cette problématique et s’efforce d’identifier des solutions appropriées sur la base de cas d’école génériques relevés dans l’industrie.

Jan Kempeneers

L'entreprise de traitement des métaux Malmar opte pour l'automatisation flexible dans sa production fortement diversifiée et à faible volume. Son projet comprend non seulement l'introduction d'assistants de production robotisés mobiles reconfigurables pour assister les opérateurs, mais aussi d'autres interventions visant à assurer le bon fonctionnement de la cellule de production. Citons, notamment un nouveau système de séparation et d'alimentation des écrous vers une soudeuse à projection d'écrous.

Herman Derache
Jeroen Deleu

Les entreprises technologiques de notre pays traversent une période mouvementée marquée par des changements majeurs. Bon nombre des défis auxquels elles sont confrontées ne peuvent être relevés que par la combinaison de compétences issues des domaines économique, social et technologique. Afin de soutenir au maximum les entreprises technologiques dans ce contexte, nous avons créé la communauté industrielle Sirris-Agoria : une collaboration intensifiée dans laquelle les deux organisations conservent leur propre identité, mais coordonnent plus que jamais leurs actions et services respectifs pour créer une offre intégrée sans faille.

Tatiana Galibus
Patrick Coomans

Une cybersécurité poussée est indispensable pour les entreprises manufacturières afin de garantir la continuité des opérations et d’instaurer un climat de confiance avec les clients et partenaires. Pour que vous puissiez vous familiariser avec le potentiel de la cybersécurité dans le contexte de votre production, Sirris participera sous peu à deux événements majeurs : Advanced Engineering (Antwerp Expo, les 11 et 12 mai) et Indumation (Xpo Kortrijk, du 18 au 20 mai).

Filiep Vincent

Les robots mobiles autonomes (RMA) offrent de nombreuses possibilités pour automatiser les mouvements logistiques dans l’atelier de production. Mais comment une entreprise peut-elle savoir si ces robots seraient utiles et applicables, et de quelle façon ? Les participants à la récente masterclass ont découvert par eux-mêmes les différentes possibilités.

Jan Kempeneers

Malmar et Sirris travaillent sur le « Reconfigurable Cobotic PRODuction Assistant : RECOPRODAS », qui permettra à Malmar d’automatiser des tâches répétitives et manuelles. De cette façon, les opérateurs peuvent se concentrer sur l’amélioration de la qualité, et leur environnement de travail sera davantage axé sur l’humain.

Walter Auwers

Notre pays ne compte que 48 usines du futur. C'est dire que gagner ce titre tant convoité n'est pas une sinécure... En fait, seules les meilleures entreprises parviennent à l’obtenir. Et c'est précisément ce qui rend la double victoire du fabricant de bennes et d'auto-déchargeuses Stas si inspirante. Non seulement l’entreprise peut être fière de son site de production de Tournai, qui a réussi à renouveler son titre de 2019, mais elle peut également se réjouir du Factory of the Future Award remporté par son site de Waregem.

Jakob Kesteloot

Thyssenkrupp Materials souhaitait augmenter la productivité et la disponibilité d’une scie à métaux ainsi que réduire les coûts de rechange des lames afin d’atteindre le taux de rendement global pour les scies à métaux. La réalisation de ce projet s’est révélée extrêmement simple et bon marché.

Filiep Vincent
Peter Paulissen

L’enquête que nous avons menée auprès d’entreprises de production en 2019 avait déjà mis en lumière cette tendance qui n’a cessé de s’amplifier depuis lors : dans le domaine de la logistique de production, l’automatisation (RMA et VGA) est à l’ordre du jour et ne devrait pas manquer de gagner en importance dans les années à venir. Non content de prendre le pouls de la situation, Sirris étudie activement le potentiel de ces formes d’automatisation. Et vous pourrez en bénéficier.

Christophe Michiels

Si vous passez le plus clair de votre temps à élaborer des instructions de travail sous Word, Excel ou PowerPoint, si vous n’avez pas la certitude que les opérateurs utilisent la bonne version en production, si vous constatez que les listes de contrôle ne sont pas toujours complétées ou ne le sont qu’a posteriori, les plates-formes numériques d’instructions de travail visent à remédier à ces problèmes.