Les énergies renouvelables en Corée : aussi une opportunité pour la Belgique ?

Une série de présentations en ligne organisées par l'ambassade de Belgique à Séoul (Corée du Sud) le 10 mai s’intéresseront à l'énergie éolienne et l'énergie solaire offshore, et la manière dont elles redessinent le paysage des énergies renouvelables. Ces présentations seront données dans le cadre de la table ronde « Hot and Windy: on the future of our energy », à laquelle Sirris participe également.

La Corée du Sud est l'un des premiers pays asiatiques à viser une consommation énergétique nette nulle d'ici 2050. Dans le cadre du Korea New Deal annoncé en juillet 2020, plus de 135 milliards USD seront investis dans des secteurs durables et axés sur la technologie au cours de cette seule décennie. Les énergies renouvelables ont donc le vent en poupe. Le gouvernement a annoncé qu'il souhaitait qu'au moins 20% de son énergie provienne de sources renouvelables d'ici 2030. Le pays prévoit d'installer 12 GW de capacité éolienne en mer, générée par des éoliennes fixes et flottantes. Cela représente dix fois la capacité installée actuelle de 125 MW. En outre, la Corée prévoit d'installer 8 GW supplémentaires de capacité éolienne offshore d'ici 2034.

Certains des plus grands projets éoliens offshore du monde y sont en cours de planification : 22 projets sont en phase d'autorisation. Les deux plus importants sont le parc éolien offshore de Sinan, d'une puissance de 8,2 GW, et le parc flottant d'Ulsan, d'une puissance de 6 GW (ils représentent cinq concessions, auxquelles participent des parties occidentales).

Des entreprises belges actives dans le secteur peuvent et vont jouer un rôle important dans ces plans ambitieux. Dans ce contexte, l'ambassade de Belgique à Séoul, la capitale sud-coréenne, organise le 10 mai un débat intitulé « Hot and Windy: on the future of our energy », au cours duquel plusieurs experts coréens et belges s'exprimeront sur le sujet. Sirris, qui a déjà acquis une expérience et un savoir-faire considérables dans ce domaine grâce à l'OWI-Lab, participera également au débat.

Vous aimeriez suivre cette table ronde tournée vers l'avenir ? Vous trouverez plus d’informations ici.